Imprimer cette page | Envoyer cette page par e-mail

Centre des technologies de l'information de l'Etat


Allez à la fin de l'encart.
Contact

Centre des technologies de l'information de l'Etat

1, rue Mercier
B.P. 1111
L - 2144 - Luxembourg
Luxembourg

Tél. : (+352) 247 81800
Fax : (+352) 247 81760

 

L’essor, à partir des années 1990, des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) a fondamentalement changé le rôle de l’informatique au sein de l’Etat.

L’évolution technologique a notamment permis la rationalisation des méthodes de travail et des opportunités inédites se sont ouvertes pour la Fonction publique dans le cadre de la réforme administrative. L'Etat dispose désormais de moyens inédits pour revoir l'organisation et le fonctionnement de ses structures et améliorer, par ce biais, à la fois l'efficacité et l'efficience de son action, en optimisant la qualité des services prestés et en en réduisant les coûts. La mise en œuvre de cette réforme passera par de nouveaux processus organisationnels et des outils électroniques de collaboration et de gestion performants.

Pour mieux relever le défi de la société de l'information et appuyer la généralisation des échanges électroniques au sein des administrations publiques, le gouvernement luxembourgeois a décidé de procéder à la création d’un Centre des technologies de l’information de l’Etat (CTIE).

Le logo du CTIELe CTIE a été institué par la loi modifiée du 20 avril 2009; son organisation et ses attributions étant fixées par le règlement grand-ducal modifiée du 7 mai 2009.

La nouvelle administration fusionne le Centre informatique de l’Etat (CIE) – créé en 1974 – et le Service eLuxembourg (SEL) – constitué en 2004 –, reprenant intégralement les activités antérieures de ces 2 entités.

Avant leur regroupement, les deux organes, complémentaires dans leurs missions, travaillaient déjà en étroite collaboration sur les projets liés à la gouvernance électronique (eGovernment) et à la simplification administrative.

Outre son rôle de support technique, le CTIE a une vocation de prestataire de services informatiques pour l’ensemble de l’Etat. En amont et en aval de l’implémentation informatique et de la réforme administrative, le CTIE assure également des tâches de coordination, de planification et d’assistance des instances gouvernementales.

Il est, en outre, chargé de mettre en oeuvre les dispositions qui découlent directement du programme gouvernemental et du Plan directeur de la mise en œuvre des technologies de l’information au sein de l’Etat 2010-2014.

Il s’agit entre autres de l’élaboration et de l’actualisation d’un cadre normatif en matière de projets informatiques et de modernisation de l’Etat.

Parmi les attributions du Centre figurent également la production et la personnalisation de documents administratifs sécurisés et le traitement des données biométriques y relatives (passeport électronique).

S’y ajoutent des tâches spécifiques comme la gestion d’un portail des démarches administratives ("de Guichet"), la mise en place d’un système de gestion électronique de documents (GED) et la coordination de la présence Internet de l’Etat (homogénéité des sites officiels).

Dans le cadre de la réforme structurelle, la loi du 20 avril 2009 portant création du CTIE prévoit également l'institution d'un comité interministériel des technologies de l’information (CITI). Cet organe de pilotage succède au comité de coordination pour la modernisation de l’Etat (CCME) et donne les impulsions stratégiques à la mise en œuvre des projets informatiques.


Sous-rubriques

 

 

L'initiative eLuxembourg

Pour structurer la réalisation des différents projets d'informatisation, le Gouvernement a adopté, fin avril 2005, un Plan directeur de la gouvernance électronique. Son objectif est de définir clairement la manière dont les nouvelles technologies de l’information et de la communication peuvent se mettre au service du citoyen et de la réforme administrative. La gouvernance électronique, mise en oeuvre par le programme eLuxembourg, constitue en effet un des principaux leviers de la modernisation de l'Etat.