Plan directeur de la mise en œuvre des technologies de l’information au sein de l’Etat

La prise de conscience de l'intérêt que représente l'informatique pour l'État remonte aux années 1970. Ainsi, c'est en 1974 que le Centre Informatique de l'État a été créé, avec pour mission, à l'époque, d'automatiser la collecte, la circulation et le traitement des données des administrations de l’État.

L'explosion d'Internet et des nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC) à la fin des années 1990 a donné un nouvel élan aux investissements et aux ambitions publics dans ce domaine. Le lancement du programme eLuxembourg, en l’an 2000, marqua la première étape vers la formalisation et la coordination des projets publics en ligne, regroupées sous le terme de gouvernance électronique.

Objectifs

En 2005, fut adopté un Plan directeur de la gouvernance électronique dont l’objectif était de définir clairement la manière dont les TIC peuvent se mettre au service du citoyen et de la réforme administrative.

L’objectif consistait à :

  • faire participer tous les citoyens, entreprises, écoles et administrations à la société de l'information et leur permettre l'accès en ligne.
  • mettre les nouvelles technologies au service des citoyens et des entreprises.
  • ·favoriser l’accès à la connaissance par les nouvelles technologies de l’information et de la communication.
  • veiller à ce que l’ensemble de ce processus ait une vocation d’intégration sociale et renforce la cohésion sociale.

Parmi les différents projets mis en œuvre dans ce contexte, de nombreux sites et portails Internet publics ont vu le jour.

Résultats

Le lancement du portail Guichet.lu, en novembre 2008, fut l’une des étapes-clés de la stratégie de gouvernance électronique du gouvernement. Ce portail transversal a comme objectif de simplifier les échanges des usagers avec l’État, dans un esprit de modernisation et de réforme administrative, en offrant un accès rapide et convivial à l’ensemble des démarches administratives.

L'objectif du gouvernement est de développer constamment les services pour guichet.lu.

Au-delà d’un volet informationnel, www.guichet.lu dispose aujourd'hui d’une plateforme interactive, MyGuichet, qui permet aux utilisateurs munis d'un certificat d'authentification de la société LuxTrust d’accomplir leurs formalités administratives en ligne.

La deuxième phase de développement du portail guichet.lu, qui est déjà entamée, consistera à diversifier le contenu et à renforcer le volet interactif des services à distance afin de proposer la quasi-totalité des procédures en ligne, à long terme. Tout un éventail de nouveaux services électroniques et de nouvelles fonctionnalités sera ainsi proposé aux usagers au cours des prochaines années.

Les services électroniques n’ont cependant pas pour vocation unique d’opérer un dédoublement de l’offre matérielle. Au contraire, la dématérialisation est perçue comme opportunité pour simplifier certains processus et réduire ainsi la charge administrative.

Les nouvelles technologies offrent donc un formidable levier pour restructurer les organisations et les méthodes de travail au sein des administrations.

Dans le contexte de l’amélioration de la qualité des services publics, les TIC agissent comme catalyseurs dans la poursuite des objectifs suivants :

  • maximiser l’efficience et l’efficacité des services de l’État ;
  • rendre les processus administratifs plus transparents ;
  • favoriser un échange plus direct et rapide avec les usagers ;
  • renforcer la compétitivité des acteurs économiques ;
  • faciliter la diversification de notre économie.

Dans ce contexte, fut élaboré, en 2010, le Plan directeur de la mise en œuvre des technologies de l’information au sein de l’Etat qui s’inscrit dans la continuité des réalisations en matière de gouvernance électronique du Plan directeur de 2005.

Le nouveau plan a pour objet de poursuivre les travaux entamés et de proposer un plan d’action concret qui met en oeuvre le programme gouvernemental de 2009, et ayant trait en l’occurrence aux chapitres dédiés à la modernisation de l’État, à la réforme administrative, à la simplification administrative ainsi qu’à une meilleure gouvernance de l’administration.

Ce plan d’action s’articule autour de trois grands axes complémentaires :

  • les services au public ;
  • les services aux administrations et partenaires publics ;
  • l’optimisation et la standardisation des pratiques.

Projets

Parmi les nouveautés du présent plan directeur, on peut citer quelques projets prioritaires:

  • la mise en place des dispositifs nécessaires à l’acceptation des communications officielles par voie de messagerie électronique ;
  • la gestion d’un centre de support transversal et multicanal (messagerie électronique et téléphone) destiné aux utilisateurs internes et externes dans le cadre des applications en ligne ;
  • l’assistance à la réalisation des projets eSanté ;
  • la définition d’un cadre normatif d’échanges électroniques de documents officiels et réalisation d’un projet pilote ;
  • la mise en place d’une infrastructure d’archivage légal pour les besoins internes de l’État ;
  • le déploiement de la gestion électronique de documents dans les administrations publiques ;
  • l’ informatisation de l’ensemble des procédures judiciaires civiles et commerciales, etc.

En 2014, ce plan fera l’objet d’un bilan afin de procéder aux ajustements qui s’avéreront nécessaires dans le cadre de la stratégie future du gouvernement.

  • Mis à jour le 13-04-2016